ANNE-MARIE COMEAU TOUCHE AU RÊVE OLYMPIQUE

Communiqué: Université Laval
Crédit photo: Patrick Charbonneau

Université Laval, 11 janvier 2018 – La fondeuse du Rouge et Or Anne-Marie Comeau est plus près que jamais de participer aux Jeux olympiques, à la suite de performances étincelantes réalisées lors des essais canadiens cette semaine au Mont-Sainte-Anne.

Après une 20e place au sprint, l’étudiante en administration a causé la surprise en remportant la médaille d’argent du skiathlon de 15 kilomètres, lundi, terminant première parmi les moins de 23 ans. Ce résultat lui permettait ainsi de confirmer sa qualification pour les championnats du monde U23, qui se tiendront fin janvier en Suisse.

Puis, mercredi, alors qu’une qualification pour PyeongChang était en jeu, l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges a pris le troisième rang du 10 kilomètres classique grâce à un chrono de 30:51.9, à peine une minute de plus que Cendrine Brown, gagnante de l’épreuve.

« J’ai beaucoup de misère à réaliser tout ce qui se passe en ce moment! Il y a une semaine, je ne me serais pas vue dans cette situation. Je suis super contente de mes résultats à mon retour en ski de fond, alors que je ne m’attendais absolument à rien », a indiqué la principale intéressée, qui a participé aux essais simplement parce qu’ils avaient lieu dans sa « cour ».

Ces résultats seraient en théorie suffisants pour envoyer la fondeuse en Corée du Sud. Mais pour que Comeau prenne part aux JO, elle devra toutefois se conformer aux critères de la Fédération internationale de ski (FIS), qui exige qu’elle prenne part à deux autres compétitions sanctionnées et ce, avant le 21 janvier, en plus de suffisamment bien performer pour atteindre les standards de points requis par la Fédération.

« C’est un peu stressant au niveau de la logistique et de la gestion, mais j’ai hâte de faire les courses et de savoir si je m’en vais aux Jeux. Je vais devoir faire des bons résultats. Le simple fait de finir les courses ne m’assure pas automatiquement une place », a expliqué Comeau.

L’étudiante-athlète du Rouge et Or aura l’occasion de commencer à remplir cette exigence dès ce weekend, alors qu’elle se déplacera vers le Vermont pour une épreuve sanctionnée dimanche. Suivront deux autres courses à West Yellowstone, dans le Montana. Si son pointage n’est pas adéquat, une ultime opportunité se présente à elle tout juste avant la date limite, à Red Deer, en Alberta.

D’abord censée mettre une croix sur le ski de fond pour se consacrer entièrement à sa carrière de coureuse, Comeau a plutôt décidé cet automne de poursuivre sa passion hivernale en joignant le Club de ski de fond Rouge et Or. En cross-country, elle a aidé le R et O à remporter la bannière québécoise, elle qui a été sacrée recrue de l’année du RSEQ.

« J’étais en forme (pour les essais), parce que je me suis entraînée fort tout l’automne, mais pas spécifiquement pour le ski. J’ai fait une dizaine de sorties en ski à roulettes l’été dernier, et j’ai fait une seule compétition dans les deux dernières années, soit en décembre passé dans l’Ouest canadien », a lancé celle qui a été contrainte à une pause de ski en raison d’une vilaine blessure à l’épaule.

Peu importe ce qu’il advient d’ici au 21 janvier, Anne-Marie Comeau compte prendre part aux championnats du monde U23. « Il s’agirait d’une très bonne préparation pour les Jeux olympiques. Si je n’arrive pas à me qualifier pour les JO, je serai quand même très contente d’y prendre part pour me donner de l’expérience et me motiver pour les prochains Jeux. »

Parmi les anciens étudiants-athlètes du Rouge et Or à avoir pris part aux Jeux olympiques, seul le légendaire Pierre Harvey l’a fait en ski de fond (Sarajevo 1984, Calgary 1988). Par ailleurs, Mélanie Blouin (saut à la perche) est l’unique représentante du R et O à avoir participé aux Jeux alors qu’elle était toujours membre active du programme (Londres 2012).

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *