Envol et Macadam fait encore vibrer le centre-ville

La journée a commencé avec le groupe montréalais Michigan, gagnant du concours Planetrox. C’est ensuite le groupe Victime qui a surpris les lève-tôt avec son post punk expérimental. La qualité technique de la batterie et de la guitare mélangée à la voix frénétique de Laurence Gauthier-Brown n’a laissé personne indifférent.

Ensuite le groupe de Québec Nuclear Power Genocide a entamé la soirée métal de l’îlot fleurie, suivi du groupe australien Polaris. La formation Strikers, un trio de japonaises survoltées, a su charmer la foule malgré la barrière de la langue.

Après, ce fut au tour d’Obey The Brave de brasser la cabane avec son hardcore. Le groupe québecois et ontarien est bien connu des métalleux de Québec. The Devil Wears Prada a pris le relais avec ses lumières stroboscopiques et un son décapant. Les gars d’August Burns Red, qui n’en sont pas à leur première visite, sont ensuite montés sur scène. La réponse de la foule a été sans équivoque.

Enfin, Parkway Drive s’est fait attendre. Le groupe qui clôturait le festival a fait patienter ses fans, mais pas trop quand-même. Il suffisait d’entendre la foule chanter toutes les paroles de la musique d’ambiance pour savoir que ça allait être tout un show. Lorsqu’ils se sont finalement montrés, le public était en délire, au point de surprendre le groupe qui en a sûrement vu d’autres. La programmation de l’Îlot-Fleurie a été un succès, c’est bien la preuve que Québec est une ville de métal.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *