Encouragé par une excellente prestation malgré leur élimination aux mains des Flyers de Philadephie lors des dernières séries, l’état-major du Canadiens de Montréal n’allait pas rester les bras croisés en cette année sportive marquée par la pandémie.

Réputé pour ne pas trop dépenser dans les dernières années, le DG Marc Bergevin a changé son fusil d’épaule pendant l’entre-saison et il s’est affairé à combler les effectifs manquants à son équipe pour rivaliser avec les équipes de tête du circuit.

Une chose qui a frappé autant les « fans », les journalistes et surement les têtes dirigeantes du CH lors des dernières séries: un Carey Price reposé est capable de grandes choses. Marc Bergevin n’ayant pas été vraiment chanceux dans sa recherche d’un substitut de qualité au numéro 31, a possiblement trouvé la perle rare en la personne de Jake Allen. Gagnant de la Coupe en 2019 avec les Blues, le natif de Fredericton aux statistiques plus qu’acceptables est bien au fait de la pression montréalaise ayant lui-même été le cerbère de confiance lors de son stage dans la LHJMQ avec l’ancien Junior de Montréal devenu l’Armada de Blanville-Boisbriand.

On  avait pas vu un substitut de cette qualité depuis Peter Budaj dans les année 2011 à 2014. Mention honorable aussi à Anti Niemi pour les années de 2017 à 2019. 

Le coté gauche de la défense a été un problème aussi lors des dernières années à Montréal. Marc Bergevin a eu la main heureuse l’an dernier avec Ben Chiariot venu épauler en duo les efforts de son valeureux capitaine Shea Weber. Il est à souhaiter que l’arrivée de Joel Edmunson avec Jeff Petry aura le même effet. Edmundson était un coéquipier de Jake Allen lors de la conquête de la Coupe en 2019. L’arrivée très attendu du deuxième choix de 2018 ( 38e au total) du jeune Alexander Romanov n’est pas a négliger non plus. Une défensive à la fois plus lourde mais sans pour autant perdre de sa mobilité aura son importance dans cette nouvelle division entierement canadienne.
 
Malgré les exploits offensifs des Tomas Tatar et Brendan Gallagher, l’attaque du CH faisait souvent office de « pétard mouillé » surtout lors des affrontements contres les équipes mieux balancées qu’eux offensivement. Marc Bergevin s’est acquitté de trouver ce qu’il manquait en offensive en deux étapes. Dans un premier temps, il a échangé le « récalcirtant » joueur de centre Max Domi aux Blue Jackets de Colombus en retour de l’ailier format géant: Josh Anderson. Bergevin souhaite que son nouvel ailier répète ses statistiques de la saison 2018-2019 alors qu’Anderson a compté 27 buts dans une saison complete de 82 matchs. 

Autre ajout d’importance, Tyler Toffoli qui a déja compté 31 buts en 2015-2016 et lui aussi remporté la Coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles est un autre ajout d’importance qui viendra seconder le jeune Jesperi Kotkaniemi sur le 3ieme trio.  

Deux ajouts tardifs juste avant le camp d’entrainement vaudront surement leur pesant d’or pour les hommes de Claude Julien. Dans un premier temps, l’ajout du joueur d’avant Michael Frolik viendra donner un coup de main aux Danault, Byron et Armia lors des missions plus défensives. L’ancien de l’Océanic dans la LHJMQ a lui aussi remporté la Coupe Stanley avec Chicago en 2013. 

Également, l’ajout d’un des rares joueurs de hockey à avoir presque tout remporté ce qui est possible de remporter (championnat mondial de hockey junior de 2005,  Coupe Mémorial de 2005, Coupe Stanley de2007, Médaille d’or aux jeux Olympiques de 2010 et 2014, championnat du monde et médaille d’or Coupe du Monde 2016 ainsi que le trophée Maurice Richard-LNH-meilleur buteur en 2011) : Corey Perry. Certes, Perry n’a plus la vitesse d’antan mais à 35 ans il a encore beaucoup de hockey à donner et pourra aider les Suzuki, Kotkaniemi,Danault et compagnie lorsque l’enjeu sera plus corsé. 

Restons quand même réalistes, le CH n’est pas devenu la meilleure équipe de la LNH mais s’est drôlement améliorée et a ajoutée une belle profondeur qui va lui permettre de mieux rivaliser lors cette saison condensée de 56 rencontres.